LE DEVOIR.COM
Bruno Guglielminetti
Édition du lundi 12 mai 2008
Mots clés : médias, Technologie, Information, Internet, Québec (province)

Bruno GuglielminettiLe moins que l'on puisse dire au sujet de René Ferron, c'est que l'homme est persévérant. L'homme d'affaires à la retraite, ex-producteur de la télévision qui a fait sa fortune avec des émissions diffusées au tout début de Télévision Quatre Saisons (ex: Caméra 86-93, Coup de foudre, Dossiers Mystères), a depuis longtemps le goût de faire de la radio ou devrais-je dire, d'avoir sa propre station de radio. Et à défaut de convaincre le CRTC de lui confier une fréquence sur la bande FM, René Ferron a compris que l'avenir des entrepreneurs en télécommunication passait peut-être par le Web.

Il y a quelques jours, l'homme d'affaires inaugurait sa troisième webradio sur Internet. Au Québec, et même dans la francophonie, René Ferron fait figure de pionnier dans le domaine de la radio indépendante sur Internet. Sa toute première radio, Radio-Monde, il l'a lancé en novembre 1998. Une radio musicale qui aura duré deux ans. De cette radio francophone mondiale aura germé l'idée d'une seconde radio baptisée Radio Passion. Une radio diffusant uniquement de la musique romantique, entrecoupée de texte du même type. Mais cette fois encore, la deuxième radio financée entièrement par l'ex-producteur aura de la difficulté à survivre au dégonflement de la bulle spéculative des années 2000.

Dix ans plus tard, l'homme ne s'avoue pas vaincu, loin de là, et devant un échec à convaincre l'instance fédérale de lui offrir une fréquence pour diffuser une radio totalement québécoise sur la bande FM de la grande région montréalaise, René Ferron se tourne encore une fois vers le Web. L'homme de la webradio affirme que Québec Radio Inter est la seule radio au monde qui diffuse uniquement des oeuvres musicales québécoises sur Internet. Et sur le site de la webradio, on ajoute, "des oeuvres d'hier et d'aujourd'hui composées ou interprétées par des Québécois de souche ou d'adoption".

Bien que l'interface qui enveloppe cette radio ne soit pas des plus agréables à regarder graphiquement parlant, il ne faut pas se fier à la première impression. Car derrière chaque icône se cache une programmation fort intéressante. En plus d'offrir une sélection musicale en continu, Québec Radio Inter propose des découvertes sous diverses sections thématiques qui vont des nouveaux talents du show-business québécois en passant par la musique d'ailleurs produite au Québec ou encore, celle produite par les immortels, les représentants des communautés autochtones ou encore, par ceux qui font vibrer la corde country.

Cette nouvelle arrivée dans le paysage illustre bien l'intérêt que les internautes ont pour le contenu original que l'on trouve en ligne. Car pendant que M. Ferron se lance à nouveau dans la radio sur Internet, de l'autre côté du spectre, plusieurs jeunes Québécois ont décidé de faire leur place dans le monde télévisuel sur Internet en attendant que la télévision traditionnelle les découvre et leur propose une case horaire.

Depuis quelques semaines, le chroniqueur web Dominic Arpin collige sur son carnet les productions québécoises offertes sur le Web. Le nombre devenant de plus en plus grand et la curiosité des lecteurs devenant de plus en plus grande également à ce sujet, Dominic Arpin a décidé de créer un lieu de convergence pour la webtélé québécoise.

D'ici à la fin du mois de juin, lui et quelques enthousiastes de la webtélé d'ici vont mettre en ligne WebTV Hebdo. Comme l'explique Arpin sur son carnet, "chaque jour, l'équipe de WebTV Hebdo aura pour mission de surveiller les nouvelles sorties, de rapporter et d'analyser les actualités de la webtélé, de critiquer les épisodes, de répertorier les séries, de s'entretenir avec les acteurs de ce nouveau média, bref de guider les internautes dans ce fascinant univers". Et la tâche est grande, car le contenu foisonne d'un peu partout. Pas une semaine ne se passe sans qu'un nouveau projet me parvienne aux oreilles.

Des projets qui sont mis en place par de jeunes comédiens, des jeunes humoristes ou communicateurs qui cherchent à faire leur nom. Et à défaut de trouver une porte d'entrée ou une oreille attentive à leur démarche de création chez les gros joueurs traditionnels, ils tentent leurs chances sur le Web.

Évidemment, tous ne connaîtront pas le succès des Têtes à claques ou du cas Roberge. Mais leur persévérance pourrait bien être le gage d'une nouvelle source de divertissement au Québec pour les années à venir. Car maintenant que les ordinateurs peuvent facilement être reliés aux téléviseurs de nos salons, il est proche le jour où vous n'aurez pas à faire de très grands efforts pour basculer de la programmation télévisuelle traditionnelle à la programmation en provenance du Web. Et avec un portail sur la webtélé québécoise comme le WebTV Hebdo que prépare Dominic Arpin et ses acolytes, ça risque d'arriver plus rapidement que prévu.

Reste à voir maintenant qui seront les premiers à acheter des espaces publicitaires sur ce site pour annoncer leurs émissions. Les diffuseurs traditionnels pour essayer de ramener les internautes chez eux ou les nouveaux producteurs de contenu pour profiter de l'intérêt de la nouvelle plate-forme de diffusion. À suivre!

- www.quebecradiointer.com

- www.dominicarpin.ca

bguglielminetti@ledevoir.com

Bruno Guglielminetti est réalisateur et chroniqueur nouvelles technologies à la Première Chaîne de Radio-Canada. Il est également le rédacteur du Carnet techno (www.radio-canada.ca/techno).